SPHweb.info

Conseils nationaux et Comité de coordination de la formation médicale continue

 2003

NOR : SANP0324039D

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

- Vu le code de la santé publique, notamment les articles L. 4133-3 et L. 6155-2 ;
- Vu le code de la sécurité sociale ;
- Vu le code du travail, notamment l’article L. 920-4 ;

Le Conseil d’Etat (section sociale) entendu,

Décrète :

Chapitre Ier

Attributions des conseils

Article 1

Le Conseil national de la formation médicale continue des médecins libéraux, le Conseil national de la formation médicale continue des médecins salariés non hospitaliers et le Conseil national de la formation continue des médecins biologistes, odontologistes et pharmaciens exerçant dans les établissements publics de santé et dans les établissements de santé privés participant au service public hospitalier accomplissent les missions définies à l’article L. 4133-2 du code de la santé publique selon les modalités prévues aux articles 2, 3, 4, 5 et 6 du présent décret.
Article 2

Les conseils définissent pour cinq ans, après avis du comité de coordination de la formation médicale continue prévu à l’article L. 4133-3 du code de la santé publique, les orientations nationales de la formation médicale continue. Ils fixent à ce titre les thèmes prioritaires de formation.

Au cours de cette période quinquennale, les conseils nationaux peuvent, après avis du comité de coordination, adapter ou compléter les orientations initialement fixées, en vue de prendre en compte de nouveaux besoins de formation ou pour répondre à des besoins de santé publique.
Article 3

I. - Les conseils agréent pour cinq ans, sur leur demande, les organismes de droit public ou privé à caractère lucratif ou non qui organisent des actions de formation médicale continue.

L’agrément ne peut être délivré qu’aux organismes dont la déclaration d’activité mentionnée à l’article L. 920-4 du code du travail a été enregistrée auprès du préfet de région.

Il est donné sur la base d’un cahier des charges, élaboré par chacun des conseils, précisant les conditions à remplir. Le cahier des charges prend en compte les critères suivants :

- qualité scientifique et pédagogique des programmes proposés ;

- transparence des financements ;

- engagement relatif à l’absence de toute promotion en faveur d’un produit de santé et à l’utilisation de la dénomination commune des médicaments ;

- respect des orientations nationales définies par le conseil national ;

- acceptation du principe d’une évaluation externe du fonctionnement de l’organisme de formation et de la qualité des formations.

II. - L’agrément de l’organisme qui délivre une formation est renouvelable pour la même durée, à la demande de l’organisme et selon les mêmes critères. Le renouvellement est subordonné à la transmission annuelle au conseil national compétent d’un rapport dressant un bilan pédagogique et financier de l’activité de l’organisme agréé. Ce bilan indique notamment le nombre de médecins accueillis et le nombre de formations dispensées, en précisant leur nature, leur niveau, leur durée et leurs domaines d’intervention.

III. - L’agrément peut être retiré ou suspendu par le conseil lorsque la personne morale agréée cesse de satisfaire aux conditions prévues par le présent article ou n’a pas transmis le bilan mentionné ci-dessus.

Lorsque le conseil envisage de suspendre ou de retirer l’agrément, il informe l’organisme de son intention en indiquant les motifs de la décision envisagée. L’organisme dispose d’un délai d’un mois à compter de la date à laquelle il a été informé par lettre recommandée avec accusé de réception pour présenter ses observations.

La suspension ou le retrait de l’agrément fait l’objet d’une notification qui est adressée à l’organisme par lettre recommandée avec demande d’avis de réception.

IV. - Les conseils transmettent au comité de coordination la liste des organismes de formation agréés et leurs programmes de formation.

Article 4

I. - Après avis de l’Agence nationale d’accréditation et d’évaluation en santé, les conseils agréent pour cinq ans les organismes aptes à effectuer les procédures d’évaluation mentionnées à l’article L. 4133-1 qui en font la demande. L’agrément est délivré sur la base d’un cahier des charges, élaboré par chacun des conseils et précisant les conditions à remplir. Le cahier des charges prend en compte les critères suivants :

- qualité des procédures d’évaluation ;

- transparence des financements ;

- engagement relatif à l’absence de promotion en faveur d’un produit de santé ;

- acceptation du principe d’une évaluation externe du fonctionnement de l’organisme et de la qualité des procédures d’évaluation.

II. - L’agrément de l’organisme qui effectue des évaluations est renouvelable, à la demande de l’organisme et selon les mêmes critères. Le renouvellement est subordonné à la transmission annuelle au conseil national compétent d’un rapport dressant un bilan de l’activité d’évaluation et de l’équilibre financier de l’organisme agréé. Ce bilan comporte notamment des indications sur le nombre d’évaluations réalisées et sur les résultats de ces évaluations.

III. - L’agrément peut être retiré ou suspendu par le conseil lorsque l’organisme cesse de satisfaire aux conditions prévues par le présent article ou n’a pas transmis le bilan mentionné ci-dessus. Lorsque le conseil envisage de suspendre ou de retirer l’agrément, il informe l’organisme de son intention par lettre recommandée avec accusé de réception en indiquant les motifs de la décision envisagée. L’organisme dispose d’un délai d’un mois à compter de la date à laquelle il a été informé pour présenter ses observations.

La suspension ou le retrait de l’agrément fait l’objet d’une notification qui est adressée à l’organisme par lettre recommandée avec demande d’avis de réception.

IV. - Les conseils transmettent au comité de coordination la liste des organismes agréés pour mettre en oeuvre les procédures d’évaluation.

Article 5

Les conseils nationaux font une évaluation de la mise en oeuvre du dispositif de formation médicale continue au regard des orientations nationales et des programmes de formation, notamment au regard de leur capacité à développer la qualité et la coordination des soins et des actes médicaux, à assurer la sécurité et le respect des droits des patients, et à réduire les risques pour la santé du patient ou la santé publique.

Article 6

Les conseils établissent un rapport annuel. Le rapport précise notamment la durée réservée chaque année à la formation médicale continue, le nombre de médecins ayant suivi des formations, le volume annuel d’heures de formations suivies dans l’année, la typologie de ces formations, les supports pédagogiques utilisés, les modalités de validation de l’obligation de formation choisies par les professionnels ainsi que le nombre de validations effectuées. Il fait une synthèse de l’évaluation prévue par l’article 5 du présent décret.

Ce rapport est adressé au ministre chargé de la santé et au comité de coordination de la formation médicale continue avant le 15 mai de l’année suivant celle qui fait l’objet du rapport.

Chapitre II

Composition des conseils

Sous-section 1

Conseil national de la formation médicale continue

des médecins libéraux

Article 7

Le Conseil national de la formation médicale continue des médecins libéraux est composé de :

1° Deux représentants de l’ordre des médecins nommés sur proposition du Conseil national de l’ordre ;

2° Cinq représentants enseignants des unités de formation et de recherche médicale, dont au moins deux enseignants de médecine générale, nommés sur proposition des directeurs des unités de formation et de recherche médicale après avis des présidents des universités concernées ;

3° Quatre représentants des médecins généralistes sur proposition des organisations syndicales représentatives au plan national ;

4° Quatre représentants des médecins spécialistes sur proposition des organisations syndicales représentatives au plan national ;

5° Cinq représentants des organismes de formation sur proposition des organismes de formation ;

6° Trois personnalités qualifiées, compétentes notamment dans le domaine de l’évaluation des pratiques médicales professionnelles, de la santé publique ou représentant les usagers du système de soins.

Le directeur général de la santé ou son représentant siège avec voix consultative au conseil national.

Sous-section 2

Conseil national de la formation médicale continue

des médecins salariés non hospitaliers

Article 8

Le Conseil national de la formation médicale continue des médecins salariés non hospitaliers est composé de :

1° Deux représentants de l’ordre des médecins nommés sur proposition du Conseil national de l’ordre ;

2° Quatre représentants enseignants des unités de formation et de recherche médicale, dont au moins un enseignant de médecine générale et un enseignant de santé publique, nommés sur proposition des directeurs des unités de formation et de recherche médicale après avis des présidents des universités concernées ;

3° Six représentants des médecins salariés non hospitaliers sur proposition des organisations syndicales représentatives au plan national ;

4° Deux représentants des organismes de formation sur proposition des organismes de formation ;

5° Deux personnalités qualifiées.

Le directeur général de la santé ou son représentant siège avec voix consultative au conseil national.

Sous-section 3

Conseil national de la formation médicale continue des médecins, biologistes, odontologistes et pharmaciens exerçant dans les établissements publics de santé et dans les établissements de santé privés participant au service public hospitalier

Article 9

Le Conseil national de la formation médicale continue des médecins, biologistes, odontologistes et pharmaciens exerçant dans les établissements publics de santé et dans les établissements de santé privés participant au service public hospitalier est composé de :

1° Trois représentants des conseils nationaux des ordres des médecins, des chirurgiens-dentistes et des pharmaciens, nommés sur proposition des conseils nationaux de ces ordres ;

2° Quatre représentants enseignants des unités de formation et de recherche médicale, odontologique et pharmaceutique, nommés sur proposition des directeurs des unités de formation et de recherche médicale après avis des présidents des universités concernées ;

3° Treize représentants des organisations syndicales représentatives au plan national des médecins, biologistes, pharmaciens, odontologistes des établissements publics de santé et des établissements privés participant au service public hospitalier ;

4° Six représentants des conférences nationales des présidents de commission médicale d’établissements publics de santé, à raison de deux représentants par conférence, désignés par chacune d’elles, et deux représentants de la conférence nationale des présidents de commissions médicales des établissements privés participant au service public hospitalier, désignés par cette conférence ;

5° Un représentant des organismes de formation sur proposition des organismes de formation ;

6° Trois personnalités qualifiées.

Le directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins ou son représentant siège avec voix consultative au conseil national.

Sous-section 4

Dispositions communes

Article 10

Les membres des conseils nationaux ainsi que le président de chaque conseil national sont désignés par arrêté du ministre chargé de la santé pour une durée de cinq ans.
Article 11

Un arrêté du ministre chargé de la santé fixe les modalités selon lesquelles les propositions pour la désignation des membres des conseils nationaux de la formation médicale continue lui sont adressées par les personnes mentionnées aux articles 7, 8 et 9 du présent décret.

Pour la première désignation des membres des conseils, les institutions et organismes transmettent leurs propositions dans le délai d’un mois suivant la date d’entrée en vigueur du présent décret.

Chapitre III

Organisation et fonctionnement des conseils

Article 12

Lors de leur première réunion, les conseils nationaux élisent en leur sein trois vice-présidents qui, avec le président, composent le bureau.

Le président désigne son suppléant parmi les vice-présidents.

Les conseils nationaux siègent valablement si au moins la moitié de leurs membres est présente. Le quorum est apprécié en début de séance. Toutefois, quand le quorum n’est pas atteint après une convocation régulièrement faite, le conseil délibère valablement sur les points inscrits à l’ordre du jour de la première réunion lors d’une seconde réunion qui doit avoir lieu dans un délai de huit à quinze jours. Les décisions des conseils sont prises à la majorité des membres présents. En cas de partage égal des voix, la voix du président est prépondérante.

Chaque conseil national adopte un règlement intérieur précisant ses modalités de fonctionnement qui est transmis au comité de coordination de la formation médicale continue.

Les conseils nationaux de la formation médicale continue peuvent entendre des personnalités extérieures.

Chapitre IV

Comité de coordination

de la formation médicale continue

Article 13

Le comité de coordination a pour mission :

- de formuler à l’attention des conseils nationaux tous avis et propositions susceptibles d’améliorer l’efficacité des actions menées et d’harmoniser leur fonctionnement ainsi que la cohérence des procédures et des critères d’agrément ;

- de procéder aux études et travaux que les conseils nationaux décident de lui confier.

Les règlements intérieurs des conseils nationaux lui sont transmis.

Outre les documents qui sont transmis en application du présent décret, le comité peut demander aux conseils nationaux la communication des documents qui peuvent lui être utiles pour l’exercice de ses missions.

Article 14

Le comité de coordination est composé de représentants désignés par chacun des conseils nationaux de formation médicale continue, à raison de :

1° Quatre représentants du Conseil national de la formation médicale continue des médecins libéraux, dont un membre du Conseil de l’ordre national des médecins, nommés sur proposition de ce conseil ;

2° Quatre représentants du Conseil national de la formation médicale continue des médecins salariés non hospitaliers, dont un représente les unités de formation et de recherche médicales, nommés sur proposition de ce conseil ;

3° Quatre représentants du Conseil national de la formation médicale continue des personnels mentionnés à l’article L. 6155-1 du code de la santé publique, dont un représente les commissions médicales d’établissements, nommés sur proposition de ce conseil ;

4° Trois représentants du ministre chargé de la santé.
Article 15

Le comité de coordination élit parmi ses membres un président et un vice-président qui supplée le président en cas d’empêchement.

Le comité de coordination se réunit au moins trois fois par an, sur convocation de son président.

Le comité de coordination siège valablement si au moins la moitié de ses membres est présente. Le quorum est apprécié en début de séance. Toutefois, quand le quorum n’est pas atteint après une convocation régulièrement faite, le conseil délibère valablement sur les points inscrits à l’ordre du jour de la première réunion lors d’une seconde réunion qui doit avoir lieu dans un délai de huit à quinze jours. Les décisions du comité sont prises à la majorité des membres présents. En cas de partage égal des voix, la voix du président est prépondérante.

Le comité de coordination adopte un règlement intérieur précisant ses modalités de fonctionnement.

Le comité de coordination peut entendre des personnalités extérieures.

Chapitre V

Dispositions diverses

Article 16

Les fonctions des membres des conseils nationaux sont exercées à titre gratuit. Le ministre chargé de la santé fixe par arrêté le montant de l’indemnité forfaitaire destinée à compenser la perte de ressources liée à la réduction de l’activité professionnelle entraînée par ces fonctions, dans la limite d’un montant égal, par demi-journée, à dix fois la valeur de la consultation du médecin généraliste telle qu’elle résulte de l’application des articles L. 162-5 ou L. 162-38 du code de la sécurité sociale.

Les frais de déplacements des membres des conseils nationaux et du comité de coordination sont remboursés dans les conditions prévues par la réglementation en vigueur applicable aux fonctionnaires de l’Etat.

Article 17

Le décret n° 96-1050 du 5 décembre 1996 relatif à la formation médicale continue des médecins exerçant à titre libéral est abrogé.

Article 18

Le ministre de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche et le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 14 novembre 2003.


Navigation

Brèves

21 avril 2009 - Pour la défense de la psychiatrie publique de secteur CGT - SUD - CNI - USP - SPH - IDEPP

Après Montperrin, Valvert, Edouard Toulouse, le Forum psy pour la défense de la psychiatrie (...)

10 janvier 2009 - Psychiatrie : les députés votent 70 millions d’euros pour renforcer la sécurité des hôpitaux

PARIS, 8 janvier 2009 (APM) - Les députés ont adopté jeudi un amendement au projet de loi de (...)

26 juin 2008 - Psychiatrie : la commission présidée par Edouard Couty devrait comprendre une vingtaine de membres

Paris, 26 juin 2008 (APM) - La commission sur les missions et l’organisation des soins de la (...)

5 mars 2008 - Gains de productivité et psychiatrie

Défendant les cliniques privées Jacques Gayral, président de l’UNCPSY, affirme que dans la santé (...)

29 février 2008 - Tarifs 2008 : les cliniques psychiatriques se sentent "méprisées"

28.02.08 | 17h55
L’Union nationale des cliniques psychiatriques privées de France (UNCPSY) a (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 9 novembre 2016

Publication

489 Articles
Aucun album photo
91 Brèves
Aucun site
181 Auteurs

Visites

223 aujourd'hui
298 hier
280467 depuis le début
13 visiteurs actuellement connectés