SPHweb.info

Fonctionnement des structures de médecine d’urgence

NOR : SANH0620665D
lundi 22 mai 2006

Le Premier ministre,
Sur le rapport du ministre de la santé et des solidarités,
Vu le code de la santé publique, notamment son article L. 6124-1 ;
Vu la loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile ;
Vu l’ordonnance n° 2005-406 du 2 mai 2005 simplifiant le régime juridique des établissements de santé ;
Vu le décret n° 2006-576 du 22 mai 2006 relatif à la médecine d’urgence et modifiant le code de la santé publique (dispositions réglementaires) ;
Vu l’avis du Comité national de l’organisation sanitaire et sociale (section sanitaire) en date du 13 octobre 2005 et du 17 novembre 2005 ;
Vu l’avis du conseil de l’hospitalisation en date du 15 novembre 2005 ;
Après avis du Conseil d’Etat (section sociale),

Décrète :

Article 1

La sous-section 1 de la section 1 du chapitre IV du titre II du livre Ier de la sixième partie du code de la santé publique (dispositions réglementaires) est remplacée par les dispositions suivantes :
Sous-section 1 - Médecine d’urgence

Paragraphe 1 - Structures de médecine d’urgence

Art. D. 6124-1. - Les médecins d’une structure de médecine d’urgence sont titulaires du diplôme d’études spécialisées complémentaires en médecine d’urgence ou sont praticiens hospitaliers de médecine polyvalente d’urgence.

Les médecins titulaires d’un diplôme sanctionnant une formation universitaire en médecine d’urgence ou les médecins justifiant d’une expérience professionnelle équivalente à au moins trois ans dans un service ou une structure de médecine d’urgence peuvent également exercer leur fonction dans une structure de médecine d’urgence.

D’autres médecins peuvent également exercer leurs fonctions au sein de cette structure, dès lors qu’ils s’engagent corrélativement dans une formation universitaire en médecine d’urgence. Cette dernière condition n’est pas exigée des personnels enseignants et hospitaliers qui participent à l’enseignement en médecine d’urgence.

En outre, tout médecin peut participer à la continuité des soins de la structure de médecine d’urgence après inscription au tableau de service validé par le responsable ou le coordonnateur de la structure.

Des dispositions spécifiques, précisées à l’article D. 6124-26-3, sont applicables aux structures des urgences pédiatriques mentionnées au 3° de l’article R. 6123-1.

Art. D. 6124-2. - L’effectif de la structure de médecine d’urgence est fixé de façon à ce que cette structure puisse assurer ses missions.

L’effectif est adapté au nombre d’appels adressés au SAMU, au nombre de sorties de la structure mobile d’urgence et de réanimation, dénommée SMUR, ou au nombre de passages de patients dans la structure des urgences.

L’effectif du personnel médical et non médical est renforcé pendant les périodes où une activité particulièrement soutenue est régulièrement observée.

Art. D. 6124-3. - L’effectif de l’équipe médicale de la structure de médecine d’urgence comprend un nombre de médecins suffisant pour qu’au moins l’un d’entre eux soit présent en permanence.

Art. D. 6124-4. - La structure de médecine d’urgence dispose d’un personnel de secrétariat.

Art. D. 6124-5. - L’encadrement de l’équipe non médicale de la structure de médecine d’urgence est assuré par un cadre de santé de la filière infirmière affecté pour tout ou partie de son temps à la structure.

Art. D. 6124-6. - Dans un établissement public de santé et dans un établissement de santé privé participant au service public hospitalier, la structure de médecine d’urgence est placée sous la responsabilité d’un praticien hospitalier de médecine polyvalente d’urgence ou d’un médecin justifiant d’une expérience professionnelle équivalente à au moins deux ans dans cette discipline et titulaire du diplôme d’études spécialisées complémentaires en médecine d’urgence.

Dans un établissement public de santé, ce médecin est en outre praticien titulaire et exerce effectivement ses fonctions dans la ou les structures de médecine d’urgence de l’établissement.

Un médecin titulaire d’un diplôme d’études spécialisées ou d’une qualification ordinale justifiant d’une expérience professionnelle équivalente à au moins quatre ans dans une structure de médecine d’urgence peut être nommé responsable d’une structure de médecine d’urgence.

A titre dérogatoire, un médecin assurant, lors de la délivrance à un établissement de l’autorisation d’exercer une activité mentionnée à l’article R. 6123-1, la responsabilité d’une structure de médecine d’urgence de cet établissement et ne remplissant pas les conditions énoncées aux alinéas précédents peut continuer à exercer la fonction de responsable d’une structure de médecine d’urgence dans les conditions définies à l’article L. 6146-3.

Art. D. 6124-7. - Dans un établissement de santé privé, la structure de médecine d’urgence est coordonnée par un médecin justifiant d’une expérience professionnelle équivalente à au moins deux ans dans cette discipline et titulaire du diplôme d’études spécialisées complémentaires en médecine d’urgence.

Un médecin titulaire d’un diplôme d’études spécialisées ou d’une qualification ordinale justifiant d’une expérience professionnelle équivalente à au moins quatre ans dans une structure de médecine d’urgence peut être nommé coordonnateur d’une structure de médecine d’urgence.

A titre dérogatoire, un médecin assurant, lors de la délivrance à un établissement de l’autorisation d’exercer une activité mentionnée à l’article R. 6123-1, la coordination d’une structure de médecine d’urgence de cet établissement, et ne remplissant pas les conditions énoncées aux alinéas précédents, peut continuer à exercer la fonction de coordonnateur d’une structure de médecine d’urgence.

Art. D. 6124-8. - Dans un établissement de santé privé autorisé à exercer l’activité mentionnée au 3° de l’article R. 6123-1 et afin d’assurer la permanence médicale mentionnée à l’article D. 6124-3, un tableau de présence des médecins exerçant à titre libéral est élaboré chaque mois, et validé par le médecin coordonnateur de la structure des urgences, puis transmis à la caisse primaire d’assurance maladie.

Un médecin inscrit sur ce tableau de présence ne peut être inscrit simultanément à une même date sur le tableau départemental de permanence en médecine ambulatoire prévu à l’article R. 6315-2.

Art. D. 6124-9. - Des dispositions particulières, précisées à l’article D. 6124-26-2, sont applicables au médecin responsable d’une structure des urgences pédiatriques mentionnée au 3° de l’article R. 6123-1.

Art. D. 6124-10. - Lorsqu’une équipe commune est constituée dans le cadre d’une fédération médicale interhospitalière ou dans le cadre d’un groupement de coopération sanitaire pour exercer l’activité de médecine d’urgence, la permanence sur chacun des sites autorisés est organisée conformément aux dispositions de l’article D. 6124-3.

Art. D. 6124-11. - Lorsque la structure des urgences et la structure mobile d’urgence et de réanimation organisent une permanence médicale ou non médicale commune, notamment en application de l’article R. 6123-9, les modalités de prise en charge des patients se présentant à la structure des urgences sont prévues par l’établissement autorisé et permettent une intervention sans délai de la structure mobile d’urgence et de réanimation.

Lorsque l’équipe de la structure mobile d’urgence et de réanimation intervient hors de l’établissement, la permanence de la structure des urgences est assurée par un médecin et un infirmier de l’établissement.

Paragraphe 2 - Structure mobile d’urgence et de réanimation

Art. D. 6124-12. - L’autorisation d’exercer l’activité mentionnée au 2° de l’article R. 6123-1 ne peut être délivrée à un établissement de santé que s’il dispose des personnels, conducteur ou pilote, ainsi que du matériel, nécessaires à l’utilisation des moyens de transports terrestres, aériens ou maritimes prévus au chapitre II du titre Ier du livre III de la présente partie.

Les personnels et les moyens de transports sanitaires mentionnés au premier alinéa peuvent être mis à la disposition de l’établissement autorisé dans le cadre de conventions entre cet établissement et des organismes publics et privés. Des entreprises de transport sanitaire privé, des associations agréées de sécurité civile ou les services départementaux d’incendie et de secours peuvent mettre à disposition, par voie de convention avec cet établissement de santé, certains de leurs moyens.

Un arrêté du ministre chargé de la santé précise la nature et les caractéristiques exigées des moyens de transports ainsi que leurs conditions d’utilisation.

Art. D. 6124-13. - L’équipe d’intervention de la structure mobile d’urgence et de réanimation comprend au moins un médecin, un infirmier et un conducteur ou pilote.

Le conducteur remplit les conditions prévues au 1° de l’article R. 6312-7.

Le médecin régulateur de la structure d’aide médicale urgente adapte, le cas échéant en tenant compte des indications données par le médecin présent auprès du patient, la composition de l’équipe d’intervention aux besoins du patient.

Art. D. 6124-14. - Lors d’un transport interhospitalier mentionné au 2° de l’article R. 6123-15, l’équipe d’intervention peut, si l’état du patient le permet, être constituée de deux personnes, dont le médecin mentionné à l’article D. 6124-13.

Art. D. 6124-15. - Pour les besoins du service, il peut être fait appel à des internes de spécialité médicale ou chirurgicale ou des internes en psychiatrie ayant validé quatre semestres et ayant acquis une formation à la prise en charge des urgences par une expérience professionnelle d’au moins un an dans le domaine de l’urgence ou de la réanimation.

Art. D. 6124-16. - La structure d’aide médicale urgente dispose notamment :

1° D’une salle dotée de moyens de télécommunications lui permettant d’être en liaison permanente avec le SAMU et avec ses propres équipes d’intervention ;

2° Lorsqu’il est détenteur des moyens de transport sanitaire mentionnés à l’article D. 6124-12, d’un garage destiné à ces moyens de transports terrestres et aux véhicules de liaison ;

3° D’un local sécurisé permettant le stockage des dotations de dispositifs médicaux et de médicaments pour besoins urgents dans des conditions appropriées à leur conservation.

Paragraphe 3 - Structure des urgences

Art. D. 6124-17. - L’effectif de l’équipe médicale de la structure des urgences comprend un nombre d’infirmiers suffisant pour qu’au moins l’un d’entre eux soit présent en permanence.

Art. D. 6124-18. - Lorsque l’activité de la structure des urgences le justifie, l’équipe comprend en outre un infirmier assurant une fonction d’accueil et d’organisation de la prise en charge du patient.

Cet infirmier met en oeuvre, par délégation du médecin présent dans la structure, les protocoles d’orientation et coordonne la prise en charge du patient, le cas échéant jusqu’à l’hospitalisation de ce dernier.

Art. D. 6124-19. - Lorsque l’activité de la structure des urgences le justifie, l’équipe comprend également des puéricultrices, des aides-soignants et, le cas échéant, des auxiliaires de puériculture et des agents des services hospitaliers qualifiés.

L’équipe dispose en tant que de besoin de personnels chargés du brancardage.

Art. D. 6124-20. - L’équipe dispose en tant que de besoin d’un agent chargé des admissions.

Art. D. 6124-21. - Un assistant de service social est affecté pour tout ou partie de son temps à la structure des urgences. Il est notamment chargé de mettre en oeuvre les dispositions de l’article R. 6123-22.

Art. D. 6124-22. - La structure des urgences dispose notamment :
1° D’une salle d’accueil préservant la confidentialité ;
2° D’un espace d’examen et de soins ;
3° D’au moins une salle d’accueil des urgences vitales comportant les moyens nécessaires à la réanimation immédiate ;
4° D’une unité d’hospitalisation de courte durée comportant au moins deux lits, dont la capacité est adaptée à l’activité de la structure.

Lorsque l’analyse de l’activité des urgences fait apparaître un nombre important de passages d’enfants ou de patients nécessitant des soins psychiatriques, l’organisation de la prise en charge au sein de l’unité d’hospitalisation de courte durée est adaptée à ces patients.

Art. D. 6124-23. - L’établissement de santé autorisé à exercer l’activité mentionnée au 3° de l’article R. 6123-1 :

1° Met en place les aménagements de locaux et d’équipements permettant l’accès des personnes vulnérables, notamment handicapées, et organise spécifiquement leur accueil au sein de la structure des urgences ;

2° Prévoit des modalités d’accueil adaptées, d’une part pour les personnes gardées à vue et, d’autre part, s’il est désigné pour dispenser des soins d’urgence aux détenus en application de l’article R. 6112-14, pour ces personnes, conformément aux dispositions de la section 2 du chapitre II du titre Ier du livre Ier de la présente partie.

3° Prévoit, dans le plan blanc pris en application de l’article L. 3110-7, un lieu qui permette d’accueillir des patients ou des victimes se présentant massivement à la structure des urgences et situé, dans la mesure du possible, à proximité de la structure des urgences ;

4° Prévoit des modalités d’accueil et de prise en charge adaptées pour les patients victimes d’un accident nucléaire, radiologique, chimique ou suspects d’une pathologie biologique à risque contagieux.

Art. D. 6124-24. - L’établissement de santé autorisé à exercer l’activité mentionnée au 3° de l’article R. 6123-1 organise en son sein ou par convention avec un autre établissement ou dans le cadre du réseau mentionné à l’article R. 6123-26, l’accès en permanence et sans délai des patients accueillis dans la structure des urgences :

1° Aux équipements d’imagerie ainsi qu’aux professionnels compétents de l’imagerie ;
2° Aux analyses de biologie médicale ainsi qu’aux professionnels compétents de la biologie médicale.

Dans chaque cas, les résultats des examens d’imagerie conventionnelle, d’échographie, de scanographie, d’IRM et d’imagerie interventionnelle ou des examens et analyses en biochimie, hématologie, hémobiologie, microbiologie, toxicologie, hémostase et gaz du sang, et leur interprétation par l’établissement ou la structure conventionné mentionné au premier alinéa, sont transmis à la structure des urgences dans les meilleurs délais, et en tout état de cause, dans des délais compatibles avec l’état de santé du patient.

Paragraphe 4 - Réseau de prise en charge des urgences

Art. D. 6124-25. - L’établissement participant au réseau mentionné à l’article R. 6123-26 transmet régulièrement à l’ensemble des membres de ce réseau, dans des conditions prévues par la convention constitutive :

1° Un répertoire opérationnel de ses ressources disponibles et mobilisables ;

2° Les modalités d’accès et de fonctionnement à ces ressources, notamment les tableaux de service ou les tableaux de permanence médicale.

Il transmet également ce répertoire opérationnel à l’agence régionale de l’hospitalisation. Celle-ci réalise chaque année une synthèse des répertoires au niveau régional et la transmet à tous les professionnels concernés.

Art. D. 6124-26. - Les équipes médicales des structures de soins de l’établissement ou des établissements membres du réseau mentionné à l’article R. 6123-26 s’organisent dans ce cadre pour être joints par les médecins de la structure de médecine d’urgence et, le cas échéant, intervenir dans les meilleurs délais.

Paragraphe 5 - Prise en charge des urgences pédiatriques

Art. D. 6124-26-1. - Lorsque la prise en charge des urgences pédiatriques est organisée dans les conditions prévues au premier alinéa de l’article R. 6123-32-7, la permanence médicale constituée pour ces urgences peut être assurée par les médecins de la structure de pédiatrie mentionnée au même alinéa.

Dans ce cas, cette prise en charge peut être placée sous la responsabilité d’un pédiatre de cette structure pédiatrique ou d’un médecin remplissant les conditions prévues à l’article D. 6124-1 qui justifie d’une expérience en pédiatrie.

Les moyens humains et techniques de la structure des urgences et de la structure de pédiatrie mentionnée au premier alinéa de l’article R. 6123-32-7 peuvent être mis en commun pour la réalisation de ces prises en charge.

Art. D. 6124-26-2. - La structure des urgences pédiatriques mentionnée au 3° du R. 6123-1 est placée sous la responsabilité d’un médecin justifiant d’un titre ou d’une qualification en pédiatrie ou en chirurgie infantile et d’une expérience professionnelle équivalente à au moins deux ans dans une structure des urgences pédiatriques.

Art. D. 6124-26-3. - Les médecins de la structure des urgences pédiatriques justifient d’un titre ou d’une qualification en pédiatrie ou en chirurgie infantile.

Toutefois, tout médecin justifiant d’une expérience professionnelle équivalente à au moins six mois en pédiatrie peut également, après inscription au tableau de service validé par le médecin responsable, participer au fonctionnement de la structure des urgences pédiatriques.

Art. D. 6124-26-4. - L’établissement autorisé à faire fonctionner une structure des urgences pédiatriques organise en son sein, ou par convention particulière avec un autre établissement de santé, ou dans le cadre du réseau mentionné à l’article R. 6123-26, l’accès en permanence à tous les moyens humains et techniques nécessaires à la prise en charge des urgences accueillies dans cette structure, notamment le recours à un chirurgien et à un anesthésiste expérimentés en pédiatrie.

Art. D. 6124-26-5. - Le personnel non médical affecté à la prise en charge des urgences pédiatriques a acquis une formation à la prise en charge des urgences pédiatriques, soit au cours de ses études, soit par une formation ultérieure.

Paragraphe 6 - Prise en charge des urgences psychiatriques

Art. D. 6124-26-6. - Lorsque l’analyse de l’activité d’une structure des urgences fait apparaître un nombre important de passages de patients nécessitant des soins psychiatriques, la structure comprend en permanence un psychiatre.

Lorsque ce psychiatre n’appartient pas à l’équipe de la structure des urgences, il intervient dans le cadre de la convention prévue à l’article D. 6124-26-8.

Dans le cas autre que celui prévu au premier alinéa, un psychiatre peut être joint et intervenir, en tant que de besoin, dans les meilleurs délais, dans le cadre de la convention prévue à l’article D. 6124-26-8.

Art. D. 6124-26-7. - Outre les membres mentionnés aux articles D. 6124-17 à D. 6124-21, le personnel de la structure des urgences d’un établissement de santé comprend au moins selon le cas :

1° Un infirmier ayant acquis une expérience professionnelle dans une structure de psychiatrie ;

2° Un infirmier appartenant à un établissement mentionné au 1° de l’article L. 3221-1 ;

3° Un infirmier appartenant à la structure de psychiatrie de l’établissement lorsque celui est autorisé à exercer l’activité de soins de psychiatrie mentionnée au 4° de l’article R. 6122-25.

Art. D. 6124-26-8. - Lorsqu’il n’est pas autorisé à exercer l’activité de soins de psychiatrie, l’établissement autorisé à faire fonctionner une structure des urgences et un ou plusieurs établissements mentionnés au 1° de l’article L. 3221-1 intervenant dans le territoire de santé de médecine d’urgence concluent entre eux une convention.

Cette convention précise les conditions de mise en oeuvre des dispositions des articles D. 6124-26-6 et D. 6124-26-7.

Cette convention indique également les modalités selon lesquelles la structure des urgences assure ou fait assurer, s’il y a lieu, le transfert des patients dont l’état exige qu’ils soient pris en charge par un établissement de santé autorisé à exercer l’activité de soins de psychiatrie, dans le respect des dispositions du second alinéa de l’article L. 3211-1 et de l’article L. 3222-1.

Art. D. 6124-26-9. - Lorsque l’établissement autorisé à faire fonctionner une structure des urgences est également autorisé à exercer l’activité de soins de psychiatrie, le responsable de la structure des urgences et le responsable de la structure de psychiatrie définissent un protocole de prise en charge des patients nécessitant des soins psychiatriques.

Si l’établissement ne dispose pas de l’habilitation mentionnée à l’article L. 3222-1, il conclut une convention avec un établissement de santé autorisé à exercer l’activité de soins de psychiatrie et disposant de cette habilitation.

Cette convention précise les modalités selon lesquelles la structure des urgences assure ou fait assurer, s’il y a lieu, le transfert des patients dont l’état exige qu’ils soient pris en charge par un établissement de santé autorisé à exercer l’activité de soins de psychiatrie, dans le respect des dispositions du second alinéa de l’article L. 3211-1 et de l’article L. 3222-1.

Art. D. 6124-26-10. - Les stipulations des conventions mentionnées aux articles D. 6124-26-8 et D. 6124-26-9 sont insérées, le cas échéant, dans la convention constitutive du réseau prévue à l’article R. 6123-29. »

Article 2

Le ministre de la santé et des solidarités et le ministre de l’agriculture et de la pêche sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 22 mai 2006.
Dominique de Villepin
Par le Premier ministre :
Le ministre de la santé et des solidarités,
Xavier Bertrand
Le ministre de l’agriculture et de la pêche,
Dominique Bussereau


Brèves

21 avril 2009 - Pour la défense de la psychiatrie publique de secteur CGT - SUD - CNI - USP - SPH - IDEPP

Après Montperrin, Valvert, Edouard Toulouse, le Forum psy pour la défense de la psychiatrie (...)

10 janvier 2009 - Psychiatrie : les députés votent 70 millions d’euros pour renforcer la sécurité des hôpitaux

PARIS, 8 janvier 2009 (APM) - Les députés ont adopté jeudi un amendement au projet de loi de (...)

26 juin 2008 - Psychiatrie : la commission présidée par Edouard Couty devrait comprendre une vingtaine de membres

Paris, 26 juin 2008 (APM) - La commission sur les missions et l’organisation des soins de la (...)

5 mars 2008 - Gains de productivité et psychiatrie

Défendant les cliniques privées Jacques Gayral, président de l’UNCPSY, affirme que dans la santé (...)

29 février 2008 - Tarifs 2008 : les cliniques psychiatriques se sentent "méprisées"

28.02.08 | 17h55
L’Union nationale des cliniques psychiatriques privées de France (UNCPSY) a (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 9 novembre 2016

Publication

489 Articles
Aucun album photo
91 Brèves
Aucun site
181 Auteurs

Visites

282 aujourd'hui
280 hier
280806 depuis le début
5 visiteurs actuellement connectés