SPHweb.info

Le fantasme du contrôle total et du risque zéro

Anne Roy, L’Humanité du 19 février 2010
mercredi 24 février 2010

Le Sénat a adopté hier en seconde lecture la quatrième loi sur la récidive criminelle depuis 2005. Au cœur des débats, les liens entre justice et psychiatrie.

Encore une loi « faits divers ». Sortie des cartons après le meurtre d’une joggeuse à Milly-la-Forêt par un récidiviste, le projet de loi visant « à amoindrir le risque de récidive criminelle » a été adopté hier en seconde lecture au Sénat, par 178 voix contre 152.

En novembre, boostée par le fait divers et le débat sécuritaire qui avait suivi, l’Assemblée nationale avait considérablement étoffé et durci le texte. Avec une mesure phare : le retour en prison pour les personnes condamnées pour actes sexuels refusant de prendre leur traitement ou l’interrompant. Une mesure retoquée par la commission des lois du Sénat qui a par ailleurs réécrit et encadré toute une série de mesures.

Le lien entre mondes médical et judiciaire n’en est pas moins resté au cœur des débats. « Faire d’un traitement une panacée, voire une obligation légale, c’est laisser entendre à l’opinion publique que la médecine a les moyens d’empêcher les délinquants sexuels de récidiver : cela est faux et dangereux ! » s’est ainsi ému le président du groupe centriste du Sénat, Nicolas About, rapporteur pour avis de la commission des affaires sociales.

« Nous assistons à une double dérive », dénonce Robert Badinter (sénateur PS et ancien garde des Sceaux), qui détaille : « On a psychiatrisé la justice et judiciarisé la psychiatrie. »

Et Nicole Borvo de rappeler à son tour l’état « calamiteux de l’offre de psychiatrie en prison et, plus généralement, de l’offre de psychiatrie publique ».

Une thématique reprise par les syndicats qui « dénoncent le discours démagogique consistant à faire croire que rétention de sûreté et castration chimique éviteront de nouveaux drames ». Dans un communiqué commun, l’Union syndicale des magistrats et deux syndicats de psychiatres rappellent que « la récidive pourrait être écartée de façon plus efficace pour la majeure partie des condamnés par des soins adaptés pendant l’exécution de la peine ».

Dialogue de sourds : « Ce texte ne confond pas le soin et la sanction », s’est justifiée la garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie, selon laquelle « la criminalité évolue et le droit doit s’adapter ».


Brèves

16 décembre 2011 - Réformer les soins sans consentement, Une loi « idéologique »

Le Dr Jean-Claude Pénochet, président du Syndicat des psychiatres des hôpitaux, estime que la loi, (...)

24 décembre 2008 - Les psychiatres publics unis contre Sarkozy

Libération 22 12 2008
C’est rarissime. Les quatre syndicats de psychiatres publics ont signé, ce (...)

24 décembre 2008 - Psychiatrie : le lancement d´une concertation n´éteint pas la grogne des soignants

EGORA 23 12 2008
P.M.
La ministre de la santé Roselyne Bachelot a entamé hier sa « concertation (...)

11 septembre 2008 - Le contrôleur général des lieux de privation de liberté fera des visites approfondies dans des établissements psychiatriques

(Par Hélène MAUDUIT)
PARIS, 10 septembre 2008 (APM) - Le contrôleur général des lieux de privation (...)

4 septembre 2008 - La prison malade des troubles psy

20 Minutes 3 09 2008 - Un cas patent du retard français. La prise d’otage d’un psychologue lundi (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 9 novembre 2016

Publication

489 Articles
Aucun album photo
91 Brèves
Aucun site
181 Auteurs

Visites

166 aujourd'hui
298 hier
280410 depuis le début
10 visiteurs actuellement connectés