SPHweb.info

Pas de moyens en plus prévus avec la réforme des soins sans consentement,

dimanche 17 avril 2011

Effectifs en psychiatrie : pas de moyens en plus prévus avec la réforme des soins sans consentement, indique Nora Berra

Vendredi 15 avril 2011 - 16:11

PARIS, 15 avril 2011 (APM) - La secrétaire d’Etat chargée de la santé, Nora Berra, a indiqué mercredi qu’il n’y aurait pas de moyens supplémentaires concernant les professionnels de santé pour accompagner la réforme de l’hospitalisation sous contrainte, lors d’une audition par la commission des affaires sociales du Sénat.

Lors d’une réunion mercredi consacrée au projet de loi sur les droits et protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques, plusieurs sénateurs de la commission des affaires sociales ont critiqué "la précipitation" du gouvernement pour préparer et faire appliquer cette réforme et ont interrogé la secrétaire d’Etat chargée de la santé sur les moyens d’accompagnement.

"Du côté des professionnels de santé, nous estimons, au-delà de la question de leur inégale répartition sur le territoire, que des moyens supplémentaires ne sont pas nécessaires car, en limitant l’hospitalisation, nous permettons un transfert vers l’ambulatoire", a déclaré Nora Berra, selon le compte rendu de l’audition.

La secrétaire d’Etat a repoussé la demande de certains sénateurs de rédiger un projet de loi plus large portant sur l’ensemble de l’organisation de la psychiatrie, estimant que "beaucoup de mesures n’entr[ai]ent pas dans le domaine législatif".

Elle a rappelé que le gouvernement préparait "un plan de santé publique ambitieux pour l’organisation et les moyens de la prise en charge psychiatrique" qui sera présenté à l’automne.

En ce qui concerne la sectorisation, la secrétaire d’Etat a indiqué qu’une "réflexion [était] en cours" et que le gouvernement était "ouvert sur cette question".

Adopté en première lecture à l’Assemblée nationale le 22 mars, le projet de loi, qui doit entrer en vigueur le lundi 1er août, réforme les modalités de l’hospitalisation à la demande d’un tiers (HDT) et de l’hospitalisation d’office (HO) définies dans la loi du 27 juin 1990, rappelle-t-on.

Il crée la possibilité de soins sans consentement en suivi ambulatoire. Toute modalité de soins sans consentement sera décidée après une période d’observation de 72 heures (cf dépêche APM HMOCG008). Le texte prévoit aussi un contrôle accru du juge des libertés et de la détention (JLD) sur la légalité des hospitalisations sans consentement, après 15 jours et tous les six mois (cf dépêche APM HMOCH003).

Il sera discuté en séance publique les mardi 10 et mercredi 11 mai au Sénat.

co/ab/APM polsan
redaction@apmnews.com

COODF003 15/04/2011 16:11 ACTU


Brèves

16 décembre 2011 - Réformer les soins sans consentement, Une loi « idéologique »

Le Dr Jean-Claude Pénochet, président du Syndicat des psychiatres des hôpitaux, estime que la loi, (...)

24 décembre 2008 - Les psychiatres publics unis contre Sarkozy

Libération 22 12 2008
C’est rarissime. Les quatre syndicats de psychiatres publics ont signé, ce (...)

24 décembre 2008 - Psychiatrie : le lancement d´une concertation n´éteint pas la grogne des soignants

EGORA 23 12 2008
P.M.
La ministre de la santé Roselyne Bachelot a entamé hier sa « concertation (...)

11 septembre 2008 - Le contrôleur général des lieux de privation de liberté fera des visites approfondies dans des établissements psychiatriques

(Par Hélène MAUDUIT)
PARIS, 10 septembre 2008 (APM) - Le contrôleur général des lieux de privation (...)

4 septembre 2008 - La prison malade des troubles psy

20 Minutes 3 09 2008 - Un cas patent du retard français. La prise d’otage d’un psychologue lundi (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 9 novembre 2016

Publication

489 Articles
Aucun album photo
91 Brèves
Aucun site
181 Auteurs

Visites

27 aujourd'hui
249 hier
272104 depuis le début
6 visiteurs actuellement connectés